Agroalimentaire  
    Commerces et services  
    Culturel  
    Immobilier  
    Manufacturier  
    Organismes  
       
    Actualités  
    Événements  
    Cartes géographiques  
    Rôle d'évaluation en ligne  
    Communiqués  
    Recevez nos nouvelles  
    Plan du site  
       

 

Documentation - Ensemble vers le compost

Le compostage, c’est quoi?

Composter, c’est cuisiner pour les plantes. En effet, le compost, tout comme les repas, découle de recettes qui nécessitent des ingrédients variés, de l’équipement approprié et une certaine marche à suivre. Une fois la recette terminée, nous pouvons servir le terreau obtenu à nos végétaux.
 

Pourquoi composter à la maison?

Il y a mille et une bonnes raisons pour commencer à composter. Vous pouvez devenir un adepte, parce que vous souhaitez :
  • amender votre jardin, vos fleurs et votre gazon;
  • améliorer la qualité d'un sol;
  • réduire le volume de vos poubelles;
  • etc.

Commencer le compostage domestique

Démarrer un projet de compostage domestique à la maison, c’est tout simple. Il faut suffit de suivre ces étapes :
  1. Discuter du projet avec votre famille.
    Commencer à produire son compost soi-même, c’est accepter de changer ses habitudes et de développer de nouveaux automatismes. Les changements engendrent souvent des résistances; nous vous suggérons donc d’en discuter avant tout avec votre conjoint, vos enfants ou votre colocataire. Vous pourrez alors expliquer les raisons qui appuient votre choix et cela facilitera l’adhésion de toute la maisonnée à votre démarche.
  2. Choisir le bon composteur et l’installer.
    Il existe tellement de modèles de composteurs sur le marché qu’il peut être difficile de s’y retrouver! Que vous souhaitiez l’acheter ou le fabriquer vous-même, voici les aspects à considérer :
    • Dimensions : Pour une famille de quatre personnes, le composteur devrait avoir un volume entre 0.5 et 1 m3. Bien entendu, si vous avez un grand terrain ou de nombreuses plates-bandes, vous devriez prévoir une plus grande capacité.
    • Choix des matériaux : Privilégiez le bois. Votre composteur peut être fait de bois récupéré, de palettes, peu importe, mais le bois doit être naturel, sans traitement, sans peinture ni vernis du côté intérieur.
    • Modèle : Il existe une grande variété de modèles (vous trouverez d’ailleurs de nombreux plans sur le Web), mais nous vous suggérons d’en choisir un avec deux compartiments ou plus. Le couvercle doit être assez étanche (sans entrebâillement).
    • Emplacement : Le composteur doit être installé dans un endroit sec et plat. Si vous n’avez d’autre choix que de l’installer dans un creux, nous vous suggérons de rehausser le composteur de quelques dizaines de centimètres avec de la terre ou du sable. Quant au choix de le mettre à l’ombre ou au soleil, cela importe peu. L’important, c’est que votre composteur doit être accessible en hiver, puisqu’on composte toute l’année. Par ailleurs, essayez de lui trouver un emplacement discret près d’un point d’eau, qui vous permettra d’arroser votre compost si nécessaire.
  3. Se doter d’un contenant de récupération adéquat.
    L’idée est simple : il vous faudra un contenant pour faire le lien entre la cuisine et le composteur à l’extérieur. Alors que plusieurs modèles sont offerts sur le marché, nous vous suggérons de vous rabattre sur ce que vous avez sous la main, que ce soit un contenant de crème glacée ou une petite chaudière, qui se ferme avec un couvercle étanche. La plastique ou le métal feront l’affaire. La grandeur idéale du contenant dépend de la quantité de matières compostables que vous accumulerez et du nombre de fois par semaine que vous irez les vider dans le composteur. Avant de déposer des matières dans votre contenant de récupération, tapissez l’intérieur de quelques feuilles de papier journal. Le contenant restera alors propre et le contenu glissera plus facilement lorsque vous le viderez. Pour que l’expérience reste agréable, videz le contenu au moins une à deux fois par semaine.
 

Quoi composter?

Matières compostables

Matières riches en carbone,
appelée matière sèche ou brune
Matières riches en azote,
appelée matière humide ou verte
 Feuilles mortes • Essuie-tout, essuie-mains, serviettes de table en papier • Papier journal, brun, carton, écales de noix • Copaux, sciure, cône de conifère, paille agricole, aiguilles de conifères • Chaume, compost mûr, tourbe de sphaigne
 Fruits et légumes crus ou cuits sans étiquette • Pain, pâte alimentaire, céréales, maïs • Poils d’animaux, plantes intérieures, résidus jardin et plates-bandes • Café, thé et tisane • Gazon (avec beaucoup de modération), mauvaises herbes (plantule) 

 

Matières non compostables

Viande, os et charcuteries • Produits laitiers • Poissons, crustacés • Papier mouchoir • Papier fin • Charpie de sécheuse
Excréments et litières d’animaux de compagnie • Sapin de noël • Sacs compostables (qui ne sont pas compostables à la maison)
 

Notre recette de compost

Tout d’abord, pour pouvoir composter, ça vous prend trois ingrédients de base : de la matière brune, de la matière verte et un soupçon de terre noire ou de compost mûr. La proportion de chacun est 2-1-½, c'est-à-dire qu’il faut 2 volumes de matière brune pour 1 volume de matière verte et ½ de terre noire. Voici donc la recette!
 

La préparation

  1. Dans le compartiment 1 du composteur, placez 4 à 6 pouces de « matière brune », par exemple des feuilles mortes, en contact avec le sol. Le compartiment 1 est prêt à recevoir les matières vertes.
  2. Accumulez de la matière verte dans votre contenant de récupération. Au moins une fois par semaine, allez vider votre contenant de récupération dans le compartiment 1 du composteur. Chaque fois que vous viderez votre contenant, saupoudrez 1 pouce à 1 ½ pouce de terre noire ou de compost mûr pour recouvrir ce qui a été fraîchement déposé. Ne négligez pas cette étape : la terre noire servira à masquer les odeurs tout en ajoutant les organismes qui favoriseront la décomposition des matières.
  3. Lorsque vous aurez accumulé entre 2 à 3 pouces de matière verte, ce qui peut prendre entre 4 à 6 semaines, brassez modérément le contenu avec une fourche. d. Vous pourrez alors reprendre les étapes 1, 2 et 3, autant de fois qu’il le faudra pour que le compartiment 1 soit plein.
  4. Une fois le compartiment 1 plein, transvidez tout son contenu dans le compartiment 2. Cette étape est une façon de brasser vigoureusement le contenu.
  5. Recommencez les étapes précédentes dans le compartiment 1.
  6. Brassez le contenu du compartiment 2 avec une fourche aux 2 semaines.

 

Le compost est-il prêt?

Le temps requis pour obtenir du compost peut varier de quelques semaines, selon l’énergie investie. C’est pourquoi nous préférons vous donner les caractéristiques d’un compost prêt à être utilisé. Celui-ci :
  • aura une couleur brun foncé;
  • ne permettra plus de reconnaître les matières qui le composent;
  • sentira la terre, et non pas les matières en décomposition.

 

Utiliser le compost

Vous pouvez d’abord mettre de côté une certaine quantité de compost, que vous utiliserez comme matière de recouvrement dans votre prochaine recette. Rien de mieux que du compost pour refaire du compost!
Le compost est aussi un excellent amendement pour le jardin et les plates-bandes. On peut en étendre au pied des haies, des arbres et sur la pelouse. Deux moments dans l’année sont préférables :
  • au début de juin, lorsque les végétaux commencent à pousser;
  • au début d’août, pour redonner de la vigueur aux plantes.
Petit truc : avant d’utiliser le compost, vous pouvez le tamiser dans une brouette. Cette étape vous permettra de retenir sur le tamis les matières qui prennent plus de temps pour se décomposer (écailles, noyaux, brindilles, copeaux, etc.) et vous pourrez alors les remettre dans le composteur pour un autre cycle.
 

Trucs et astuces : à chaque problème une solution!

J’ai de la difficulté à brasser mon compost.

Le compost se compacte naturellement. Utilisez une fourche à compost (avec 4 doigts) et allez-y progressivement, 12 pouces à la fois. Quelques jours plus tard, il vous faudra peut-être déplacer temporairement dans la brouette la partie supérieure (environ 24 pouces) du compost pour atteindre les couches plus au fond. Laissez aérer 2 à 3 jours avant de replacer le tout dans le composteur. 

Il y a des mauvaises odeurs.

  • Emballez les matières vertes dans du papier journal ou recouvrez-les généreusement de terre noire.
  • Maintenez le contenant de récupération fermé hermétiquement.
  • Évitez les résidus d'origine animale.
  • Ajoutez des matières brunes (sèches) et brassez. 

Mon compost est trop sec.

  • Arrosez-le avec parcimonie ou retirez le couvercle lors d’une faible pluie.
  • Ajoutez des matières azotées humides. 

Mon compost est trop humide.

Ajoutez des matières brunes (sèches) et brassez. 

Mon compost est trop compact. 

Ajoutez des matières grossières (copeaux) et brassez. 

Mon compost attire les mouches.

La présence de mouches est toujours associée à un problème de recouvrement. Si les mouches ont accès aux matières vertes fraîches, elles vont proliférer. Couvrez donc plus généreusement de terre chaque apport de matières vertes.