Agroalimentaire  
    Commerces et services  
    Culturel  
    Immobilier  
    Manufacturier  
    Organismes  
       
    Actualités  
    Événements  
    Cartes géographiques  
    Rôle d'évaluation en ligne  
    Communiqués  
    Recevez nos nouvelles  
    Plan du site  
       

 

Qui sommes-nous? - Historique

 

Le centre administratif de la MRC est situé à proximité du Manoir Taschereau (photo à droite). Cet immeuble patrimonial est un témoin de l’histoire de la Beauce et de l’époque de la seigneurie Taschereau.

À la suite de l’adoption par le gouvernement du Québec de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, le Québec a vu la création de municipalités régionales de comté (MRC) en considérant la délimitation des territoires d’appartenance. C’est le premier janvier 1982 que le gouvernement du Québec constitue par lettres patentes la MRC de La Nouvelle‑Beauce. Celle-ci succède alors aux corporations de comté de Dorchester avec neuf de ses municipalités, du comté de Beauce avec cinq municipalités, en plus de la Ville de Sainte-Marie. En 1982, 15 municipalités composent la MRC de La Nouvelle‑Beauce. Une vague de fusion village-paroisse durant les années quatre-vingt et début quatre-vingt-dix ramène ce chiffre à dix municipalités.

En janvier 2002, la municipalité de Saint-Lambert-de-Lauzon s’est jointe à la MRC de La Nouvelle-Beauce, celle-ci compte alors 11 municipalités. En 2014, ce territoire regroupe une population de 36 672 personnes.

Riche de sa tradition agricole, la Nouvelle-Beauce se distingue par son dynamisme et son entrepreneurship, et ce, tant au niveau de sa production agricole (principalement porcine, avicole et bovine) que celle en transformation alimentaire. La mise en valeur de l’acériculture, du milieu forestier et de l’agrotourisme présentent un beau potentiel en Nouvelle-Beauce. De plus, plusieurs autres secteurs d’activités font partie de notre économie, dont l’activité manufacturière très présente dans chacune des municipalités.

Depuis sa création, la MRC de La Nouvelle-Beauce a développé à travers les années des services au bénéfice des municipalités de son territoire en tenant compte de leurs réalités et besoins. Ceci fait dire à certains que la MRC de La Nouvelle-Beauce est comparable à une coopérative de services travaillant en concertation avec les acteurs du milieu au développement durable de nos milieux de vie et de leur vitalité économique. Ceci cadre bien avec la vision de la MRC de La Nouvelle-Beauce qui est : « Assurer un avenir et une vitalité économique, sociale et culturelle à l’ensemble de la communauté de la Nouvelle-Beauce ».

En terminant, un peu d’histoire afin de savoir d’où l’on vient. C’est en 1737 que M. Thomas-Jacques Taschereau obtenait les territoires où se trouvent actuellement Sainte-Marie et Saint-Elzéar et, la même année, M. François-Étienne Cugnet se faisait concéder la seigneurie Jolliet sur la rive ouest de la Chaudière. En 1739 naquit la Nouvelle-Beauce, ainsi nommée par relation avec la Beauce française par l’attribution des seigneuries sur les rives de la Chaudière.

En 1758, la construction de la route Justinienne (route 173) entre Scott et Saint-Henri vient faciliter la communication avec Québec. C’est lors de la traversée de cette forêt marécageuse, appelée la « plée de Saint-Henri », que les Beaucerons héritèrent du nom de « Jarrets noirs ». Parallèlement, la route des Seigneurs, sur la rive est de la rivière Chaudière, s’allongeait au fur et à mesure de la colonisation.